L’arnaque sur les retraites

Petite explication …

Macron va nous dire que c’est faux , bien sûr …

La caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES)

La Caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES) a été créée en 1996 pour « éponger » les dettes du régime général de la sécurité sociale. Elle a pour vocation d’apurer la dette sociale sur une durée limitée afin d’éviter qu’elle ne pèse sur les générations futures.

La CADES émet des emprunts sur les marchés internationaux de capitaux en recherchant un financement au meilleur taux. Cette activité d’emprunt est garantie par les ressources perçues par la Caisse : il s’agit essentiellement de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), qui a été créée exclusivement pour la CADES, et d’une partie de la contribution sociale généralisée (CSG). Ces ressources, auxquelles s’ajoutent pour une moindre part un petit pourcentage du prélèvement social sur les revenus du capital ainsi qu’une somme versée par le Fonds de réserve des retraites, assoient la légitimité de la Caisse d’amortissement en garantissant sa solvabilité.

À l’origine, la CADES devait cesser son activité en 2009. Les multiples reprises de dette (de l’assurance maladie, de la branche retraites et du Fonds de solidarité vieillesse principalement) ont cependant eu pour conséquence de repousser la date de sa disparition. Elle est aujourd’hui (loi organique du 13 novembre 2010 relative à la gestion de la dette sociale(nouvelle fenêtre) et de la LFSS pour 2011) fixée à 2025, malgré une loi votée en août 2005 obligeant l’État à accompagner tout transfert de dette à la CADES d’une augmentation de ses recettes permettant de ne pas accroître la durée d’amortissement de la dette sociale.

De sa création à fin 2018, la CADES s’est vu transférer 260,5 milliards d’euros (Mds€) de dettes. Elle a d’ores et déjà amorti 155,2 Mds€. À la fin 2018, il restait 105,3 Mds€ à amortir.

Macron et la pénibilité

Macron affirme « ne pas adorer le mot de ‘pénibilité’ parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible ». Non mais il est débile ou quoi ? Qu’est-ce qu’il connait du monde ouvrier ? Je vais prendre exemple de l’industrie dans laquelle je travaillais, pas un travail pénible en ce qui me concerne, un peu comme Macron, dans les bureaux et climatisés. Par contre, pour beaucoup d’employés de cette usine, c’était vraiment difficile, devant les fours chauffés à plus de 1700°, avec leur combinaison ignifugée pour tirer et amorcer le verre sur la lamineuse. Et encore, l’hiver c’était « supportable » mais l’été, en période de canicule je n’aurais pas aimé être à leur place. Tout ça pour dire que (désolé d’être vulgaire) ce trou du cul de Macron ferait bien, encore une fois, de fermer sa grande gueule. Tout le monde s’accorde à dire qu’il est intelligent. Mais lorsque l’on est doté d’un minimum de jugeotte, on ne sort pas des conneries de ce genre.

Et puis les équipes, les 3×8, les 5×8 sont très éprouvantes. Il est vrai que Macron ne dort pas beaucoup parait-il, mais il y a une différence de taille entre se lever à 3h du matin, enfiler son costard cravate, s’assoir dans son bureau climatisé et s’équiper de son bleu de chauffe pour entrer dans la fournaise que peuvent dégager les fours. Ce mec ne sait pas de quoi il parle et quand on ne sait pas, on ferme sa gueule.

Les phrases choc de l’enfoiré qui nous gouverne

1.« Sur les dossiers que j’ai, il y a la société Gad. Vous savez? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. »

2. « Les pauvres pourront voyager plus facilement. (Sa ligne d’autocars) »

3. « Il faut dans ce pays des jeunes qui ont envie de devenir milliardaires. »

4. « La gauche a cru que la France pouvait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées ».

5. « Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler. »

6. « La vie des petits entrepreneurs est souvent plus dure que celle des salariés. »

7. « Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. »

8. « Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien. » (En Bretagne)

9. « Au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent avoir des postes. »

10. « Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. »

11. « On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux »

12. « Le Gaulois est réfractaire au changement ! »

13. « Il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi »


Beaucoup de gens s’accordent à dire que cet homme est intelligent … je suis désolé, mais lorsque l’on est président de la république avec un minimum de bon sens on ne sort pas des phrases méprisantes (1, 2, 7, 8, 9, 10) et débiles (3, 5, 6, 12, 13) comme ça. Ce monsieur ne connaît rien de la vie des gens « qui ne sont rien » et donne des leçons tout le temps et sur tout : vous ne me ferez pas croire qu’il est « brillant ». C’est un « trou du cul » (non, ce n’est pas une insulte, c’est un diagnostic).