La réforme des retraites

Je suis désabusé. Quand je vois des gens qui ne sont pas des « premiers de cordée », loin de là, soutenir la réforme des retraites de Macron, ça me rend malade. Comment ne se rendent-ils pas compte qu’avec la retraite à points qui sera calculée dès le début des carrières et non sur les 25 meilleures années comme actuellement, ils seront obligatoirement perdants ?

En même temps, ce « très cher président » (il nous coûte cher, la vache) ne reçoit-il pas les dirigeants français de Black-Rock ? Il leur file même des médailles. Et ces gens ne voient-ils pas que cette réforme est faite ni plus ni moins pour déplacer les caisses de retraite dans ces fonds de pension ? C’est gros comme une maison. Et ça marche avec certaines personnes.

Si cette réforme passe, les futurs retraités sont morts !!! Il n’y aura que ceux qui pourront se payer une retraite privée qui survivront. Plus de gens se retrouveront sous le seuil de pauvreté et Black-Rock engrangera encore plus de milliards, voilà ce qui va se passer.

Faut pas se leurrer, depuis quand Macron se préoccupe des gens, de leur bien-être ?

Ces mêmes gens qui tapent sur les grévistes, sous prétexte que ceux-ci veulent garder leurs avantages. Quand bien même. Si on parlait un peu des avantages de nos élus (je ne parle pas des petits maires) les sénateurs, les députés, les anciens présidents, le conseil constitutionnel, les hauts fonctionnaires de Bercy, les grands patrons, les exilés fiscaux ? La masse de frics qu’ils représentent. Tous ces gens de la SNCF, de la RATP, se sont battus pour avoir ces avantages, ils y ont laissé des plumes, comme aujourd’hui, alors que les élus ne font que voter leurs avantages, ça ne leur coûte absolument rien. Comme tous ces grands patrons qui siègent dans tous les conseils d’administration et qui s’attribuent leurs propres augmentations de salaires, de stocks options, sans parler de leurs contrats en cas d’échec, ils partent avec des sommes faramineuses alors que la boîte qu’ils dirigeaient licencie.

Et puis cette réforme n’a pas lieu d’être, il y a suffisamment d’argent dans les caisses pour absorber le baby-boom, d’après les économistes. Non, cette réforme vise à filer le pactole aux fonds de pensions.

Franchement, je ne comprends pas … Je suis dépité.

La privatisation globale

L'économiste Frédéric Lordon nous explique cette stratégie qui consiste à globaliser les privatisations, notamment celle des retraites.Extrait de l'émission «Interdit d'interdire» diffusée sur RT France le 02/12/19Voir d'autres vidéos de RT France : http://rtfrance.tv/Vidéo à retrouver sur Interdit d'Interdire – RT France – http://interditdinterdire.tvCrédit vidéo : RT France

Gepostet von La vraie démocratie am Dienstag, 7. Januar 2020

Macron et la pénibilité

Macron affirme « ne pas adorer le mot de ‘pénibilité’ parce que ça donne le sentiment que le travail serait pénible ». Non mais il est débile ou quoi ? Qu’est-ce qu’il connait du monde ouvrier ? Je vais prendre exemple de l’industrie dans laquelle je travaillais, pas un travail pénible en ce qui me concerne, un peu comme Macron, dans les bureaux et climatisés. Par contre, pour beaucoup d’employés de cette usine, c’était vraiment difficile, devant les fours chauffés à plus de 1700°, avec leur combinaison ignifugée pour tirer et amorcer le verre sur la lamineuse. Et encore, l’hiver c’était « supportable » mais l’été, en période de canicule je n’aurais pas aimé être à leur place. Tout ça pour dire que (désolé d’être vulgaire) ce trou du cul de Macron ferait bien, encore une fois, de fermer sa grande gueule. Tout le monde s’accorde à dire qu’il est intelligent. Mais lorsque l’on est doté d’un minimum de jugeotte, on ne sort pas des conneries de ce genre.

Et puis les équipes, les 3×8, les 5×8 sont très éprouvantes. Il est vrai que Macron ne dort pas beaucoup parait-il, mais il y a une différence de taille entre se lever à 3h du matin, enfiler son costard cravate, s’assoir dans son bureau climatisé et s’équiper de son bleu de chauffe pour entrer dans la fournaise que peuvent dégager les fours. Ce mec ne sait pas de quoi il parle et quand on ne sait pas, on ferme sa gueule.

Les phrases choc de l’enfoiré qui nous gouverne

1.« Sur les dossiers que j’ai, il y a la société Gad. Vous savez? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. »

2. « Les pauvres pourront voyager plus facilement. (Sa ligne d’autocars) »

3. « Il faut dans ce pays des jeunes qui ont envie de devenir milliardaires. »

4. « La gauche a cru que la France pouvait aller mieux en travaillant moins, c’était des fausses idées ».

5. « Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler. »

6. « La vie des petits entrepreneurs est souvent plus dure que celle des salariés. »

7. « Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. »

8. « Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien. » (En Bretagne)

9. « Au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent avoir des postes. »

10. « Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes. »

11. « On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux »

12. « Le Gaulois est réfractaire au changement ! »

13. « Il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi »


Beaucoup de gens s’accordent à dire que cet homme est intelligent … je suis désolé, mais lorsque l’on est président de la république avec un minimum de bon sens on ne sort pas des phrases méprisantes (1, 2, 7, 8, 9, 10) et débiles (3, 5, 6, 12, 13) comme ça. Ce monsieur ne connaît rien de la vie des gens « qui ne sont rien » et donne des leçons tout le temps et sur tout : vous ne me ferez pas croire qu’il est « brillant ». C’est un « trou du cul » (non, ce n’est pas une insulte, c’est un diagnostic).