Macron : sa lettre aux Français

Je ne critiquerai pas Macron concernant la guerre en Ukraine, je pense qu’il fait ce qu’il peut et ce n’est déjà pas si mal.

Par contre sur son programme, c’est « on prend les mêmes et on continue », on continue à casser le modèle social, l’éducation, la santé, les emplois, à donner encore plus aux entreprises en allégeant les charges (je ne parle pas des petites entreprises, mais des grandes sociétés qui se goinfrent) et surtout travailler plus, pour gagner moins. Revoyons cette lettre :

  • « Notre industrie a pour la première fois recréée des emplois et le chômage a atteint son plus bas niveau depuis quinze ans. » L’industrie, on reparle d’Alstom ? Et le chômage ? Bien sûr qu’il baisse, mais grâce aux emplois payés avec des salaires de misère qui ne te permettent pas de vivre décemment.
  • « Nous avons pu investir dans nos hôpitaux » Ah bon ? alors qu’il a continué à supprimer des lits, même pendant la pandémie.
  • « Mais les transformations engagées durant ce mandat ont permis à nombre de nos compatriotes de vivre mieux » Oui, les compatriotes de sa caste, les ultra-riches. Ou est-ce qu’il a vu que les gens vivaient mieux ? L’augmentation des prix alors que les salaires et les pensions n’augmentent pas.
  • « Je sollicite votre confiance pour un nouveau mandat » Ben non, je n’ai pas confiance
  • «Il nous faudra donc travailler plus et poursuivre la baisse des impôts pesant sur le travail et la production. » Et comment les jeunes trouveront-ils un emploi si les anciens doivent travailler jusqu’à 67 ans ? De toute façon, à 50 ans les boîtes te foutent dehors parce que tu n’es plus « compétitif ». Du chômage en plus en perspective.
  • « Nous pourrons préserver et même améliorer ce modèle social auquel nous tenons tant » Alors pourquoi tu fais tout pour le casser ?
  • « Pour cela, la priorité sera donnée à l’école et à nos enseignants, qui seront plus libres, plus respectés et mieux rémunérés. » Les promesses n’engagent que ceux qu’ils les croient.
  • « Tout au long de mon mandat, j’ai vu partout un esprit de résistance à toute épreuve, une volonté d’engagement remarquable, une inlassable envie de bâtir. Je l’ai retrouvée dans notre pays mais aussi en allant à la rencontre de nos compatriotes vivant à l’étranger. En chaque lieu, j’ai perçu le désir de prendre part à cette belle et grande aventure collective qui s’appelle la France. » Et en plus, il nous prend pour des billes. Quel formidable joueur de pipeau.
  • « Bien sûr, je ne pourrai pas mener campagne comme je l’aurais souhaité en raison du contexte. » Bien sûr, il a raison, mais faut dire que ça l’arrange bien. Pas de débat, peinard.
  • « Avec vous. Pour vous. Pour nous tous. » Non pas pour nous, pour tes amis qui t’ont placé sur ton trône, combien ils ont empoché depuis que tu es là ? Alors que bon nombre de compatriotes, comme tu nous appelles, ont du mal à vivre tout simplement.

Le système Macron ne marche pas pour nous, ceux qui ne sont rien comme il dit, alors on ne va pas prendre une deuxième tournée. Non, pas pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.