Vive la rentrée

Il ne faut pas que la crise de la Covid-19 nous fasse oublier de quel côté se trouve Macron, son appartenance, sa politique. Certes, cette crise est difficile à gérer, mais rappelez-vous, François Ruffin écrivait en 2018 : « Depuis votre entrée à l’Elysée, vous menez une politique injuste, si manifestement injuste [] car il fallait oser : supprimer l’impôt de solidarité sur la fortune, et en même temps, en même temps, relever la CSG pour les retraités, gratter cinq euros sur les APL des locataires, éliminer 200 000 contrats aidés ? C’est si excessif, tellement abusif : ça ne touche pas qu’au porte-monnaie, au « pouvoir d’achat », l’orgueil d’un peuple en est blessé, son honneur : on se moque de lui, son propre chef de l’Etat se moque de lui. Et à cette injustice, à cette évidence de l’injustice, comme on jette du sel sur une plaie, vous ajoutez l’arrogance de l’injustice, à grand renfort de « gens qui ne sont rien », de « feignants », de « Gaulois réfractaires », de « vous n’avez qu’à traverser la rue » et autres « pognon de dingue », comme des provocations renouvelées ».

Contrairement à ce que les sondages pourraient laisser croire, Macron n’a pas changé. Il gouverne toujours pours sa caste. François Ruffin poursuivait : « C’est celle d’une classe qui s’est coupée du monde commun, qui s’est détachée de la nation. C’est celle d’une caste qui a vu sa fortune multipliée par sept en vingt ans, et qui néanmoins défiscalise, optimise, paradise, panamise, caïmanise, qui relègue l’intérêt général derrière celui des multinationales, qui cumule rachats d’actions, dividendes, golden parachutes et aux autres stock-options, et qui, en même temps, en même temps, sans honte, s’en va prôner au peuple des salariés, des retraités, de se serrer la ceinture, de faire des sacrifices. Bref, c’est celle d’une élite qui se place au-dessus de l’humanité, de ses lois, sur un Olympe pour nantis et qui se croit tout permis ». Ceci est toujours valable aujourd’hui, si l’on se réfère aux décisions prônées par le Médef au gouvernement à leur réunion de l’hippodrome de Longchamp.

Je pense que la rentrée va être terrible pour nous (voir toutes les augmentations qui entrent en vigueur) car il va bien falloir rembourser toutes les aides qui ont eu lieu pour la Covid, je ne pense pas que Macron fasse appel à ses amis nantis pour éponger cette dette.

Le plus inquiétant, c’est qu’il risque de repasser pour 2022 au vu de la zizanie qui règne aussi bien à droite qu’à gauche.

Non, la rentrée et les années à venir vont être terribles, sans oublier la Covid !!!

La réforme des retraites

Je suis désabusé. Quand je vois des gens qui ne sont pas des « premiers de cordée », loin de là, soutenir la réforme des retraites de Macron, ça me rend malade. Comment ne se rendent-ils pas compte qu’avec la retraite à points qui sera calculée dès le début des carrières et non sur les 25 meilleures années comme actuellement, ils seront obligatoirement perdants ?

En même temps, ce « très cher président » (il nous coûte cher, la vache) ne reçoit-il pas les dirigeants français de Black-Rock ? Il leur file même des médailles. Et ces gens ne voient-ils pas que cette réforme est faite ni plus ni moins pour déplacer les caisses de retraite dans ces fonds de pension ? C’est gros comme une maison. Et ça marche avec certaines personnes.

Si cette réforme passe, les futurs retraités sont morts !!! Il n’y aura que ceux qui pourront se payer une retraite privée qui survivront. Plus de gens se retrouveront sous le seuil de pauvreté et Black-Rock engrangera encore plus de milliards, voilà ce qui va se passer.

Faut pas se leurrer, depuis quand Macron se préoccupe des gens, de leur bien-être ?

Ces mêmes gens qui tapent sur les grévistes, sous prétexte que ceux-ci veulent garder leurs avantages. Quand bien même. Si on parlait un peu des avantages de nos élus (je ne parle pas des petits maires) les sénateurs, les députés, les anciens présidents, le conseil constitutionnel, les hauts fonctionnaires de Bercy, les grands patrons, les exilés fiscaux ? La masse de frics qu’ils représentent. Tous ces gens de la SNCF, de la RATP, se sont battus pour avoir ces avantages, ils y ont laissé des plumes, comme aujourd’hui, alors que les élus ne font que voter leurs avantages, ça ne leur coûte absolument rien. Comme tous ces grands patrons qui siègent dans tous les conseils d’administration et qui s’attribuent leurs propres augmentations de salaires, de stocks options, sans parler de leurs contrats en cas d’échec, ils partent avec des sommes faramineuses alors que la boîte qu’ils dirigeaient licencie.

Et puis cette réforme n’a pas lieu d’être, il y a suffisamment d’argent dans les caisses pour absorber le baby-boom, d’après les économistes. Non, cette réforme vise à filer le pactole aux fonds de pensions.

Franchement, je ne comprends pas … Je suis dépité.
https://www.facebook.com/lavraiedemocratie/videos/511248792836226/?t=18